Guide du thé

Rooibos, un thé rouge ou thé noir ? Ou aucun des deux ?

Le Rooibos est une infusion créée à partir d’un buisson sud-africain portant le même nom. Il ne contient pas de théine : ce n’est pas un thé. A ne pas confondre donc avec le véritable thé rouge. Ce dernier est originaire d’Asie mais en Occident nous le connaissons mieux sous le nom de « thé noir ».

L’histoire du rooibos

Il y a environ trois siècles, la population des montagnes sud-africaines commençait à consommer une boisson issue de la fermentation des feuilles d’un buisson sauvage : le Rooibos. La boisson adopta le même nom, signifiant « buisson rougeâtre » en afrikaan.

Le Rooibos est un arbuste issu de la famille des acacias, qui n’a donc aucun lien avec le thé, issu du Camellia sinensis (camélia de Chine), ce qui rend son surnom de « thé rouge » inadapté. Le rooibos, ou Aspalathus linearis de son nom botanique, pousse uniquement en Afrique du Sud, dans la région montagneuse du Cederberg, à 200 km au nord du Cap de Bonne-Espérance. L’infusion de ses feuilles offre une boisson ambrée et de subtiles notes boisées épicées. Son succès fut tel qu’elle est aujourd’hui considérée comme la boisson nationale de l’Afrique du Sud.

Les étapes de fabrication du rooibos

Elle nécessite 5 étapes.

1/ Le hachage

La fabrication du Rooibos commence par une étape de découpage ou d’écrasement des tiges en petits morceaux (entre 3 et 5 mm), ce qui prépare et favorise l’oxydation des feuilles.

2/ L’oxydation

Le Rooibos est ensuite exposé au soleil en couches d’environ 20 cm pendant une douzaine d’heures. La chaleur humide sud-africaine permet au rooibos de sécher et de passer du vert à son emblématique couleur rouge cuivré. C’est lors de cette étape d’oxydation, ou « brunissement enzymatique », que se développent les saveurs du Rooibos.

3/ Le triage

Une fois que le taux d’humidité atteint 10%, le Rooibos est ramassé puis examiné afin de retirer les impuretés dues à l’exposition à l’air libre et les gros morceaux restants suite au hachage.

 4/ La pasteurisation

Afin de détruire les bactéries, le Rooibos est pasteurisé, c’est-à-dire qu’il est exposé à une chaleur intense puis brusquement refroidi. Ainsi, le Rooibos est protégé et peut être conservé plus longtemps.

5/ La stabilisation

De l’air chaud et sec est lancé sur le Rooibos afin de fixer l’humidité et de prévenir sa fermentation.

 

Le rooibos : de nombreuses vertus santé !

Si le Rooibos a séduit au-delà des frontières et est devenu si tendance aujourd’hui, ce n’est pas sans raison… En effet, les bienfaits sur la santé du Rooibos sont nombreux.

Les vertus santé du Rooibos auraient été découvertes 1970, lorsqu’une femme sud-africaine aurait réussi à soulager son enfant de maux intestinaux grâce à cette plante. Depuis, le Rooibos est traditionnellement consommé pour sa richesse naturelle en antioxydants, molécule indispensable au maintien d’une bonne santé et à la prévention de nombreuses maladies.

Cette boisson possède également des vertus dermatologiques (il soulagerait notamment l’eczéma, les allergies et ralentirait le vieillissement de la peau) et neurologique. Son absence de théine la rend également idéale pour une infusion du soir. Pour les réveils fréquents durant la nuit ou les difficultés d’endormissement, il existe une infusion au Rooibos permettant d’aider à retrouver une certaine qualité de sommeil.

Comment préparer le rooibos ?

Le principal atout du Rooibos est de ne pas contenir de théine, contrairement au thé. Il peut donc être consommé à tout moment de la journée, y compris en soirée.

Le goût du Rooibos offre de délicates notes boisées et légèrement épicées. Il s’associe parfaitement à divers ingrédients pour créer de savoureuses infusions. Il se déguste aussi bien chaud que froid. Pour une belle infusion d’une couleur rouge ambré et des notes sublimées, laissez infuser votre Rooibos (1 cuillère à café pour un mug de 200 ml) pendant 6 à 7 minutes dans une eau chauffée à 95°C.