Guide du thé

Le thé est incontournable de la culture du Japon. De l’introduction au IXème siècle à la ritualisation, découvrez l’histoire et les variétés de thés verts du Japon.

 

Origine et histoire du thé vert au Japon

  • Découverte et essor

Le thé est introduit au Japon par l’intermédiaire de moines rentrant de Chine au IXème siècle. Cependant, il faut attendre le XIIème siècle pour qu’il se développe réellement avec sa consommation en poudre de thé vert : le « matcha » en japonais.

 

  • Us et coutumes

Peu à peu, le thé devient la boisson des élites nippones et au XVIème siècle la cérémonie du thé se généralise à l’ensemble du pays. Cette pratique dont l’influence dépasse le simple cadre du thé, va s’installer dans la culture traditionnelle japonaise pour en devenir aujourd’hui un objet touristique majeur. Les Japonais accordent beaucoup de codes à ce moment, en lui prêtant notamment un aspect spirituel.

 

  • Evolution des techniques

A cette même époque la transformation des feuilles de théier va évoluer et s’éloigner du processus chinois. Le thé va subir une torréfaction particulière par la vapeur d’eau qui rompt alors le phénomène d’oxydation. Puis au thé Sencha s’ajoutent d’autres variétés avec le temps comme le Bancha et le Gyokuro.

 

  • Le thé aujourd’hui au Japon

Dans les années 2000, le thé a peu à peu été supplanté par le café et les sodas sur le marché japonais. Cependant, les années 2010 ont vu l’apparition de nouveaux modes de consommation rapide des thés si bien qu’il infuse maintenant sous différentes formes comme en bouteille plastique ou en cannette. A ces nouveaux formats succède aussi de nouvelles formes de thés comme le matcha latte ou le bubble tea.

Le Japon est aujourd’hui le 8ième pays producteur de thé au monde et le 10ième pays consommateur.

 

Quels thés boivent les japonais ?

 

  • Une pléiade de variétés

Le Japon compte un grand nombre de variétés de thés différentes les unes des autres. Chaque thé a des caractéristiques propres et se consomme à un moment précis de la journée. Les variétés les plus répandues sont le Gyokuro, le Bancha, le Matcha, le Sencha et le Genmaicha.

 

  • Le thé Sencha

Le thé Sencha est le plus courant au Japon avec 70 % de la production nationale. C’est un classique du Japon qui sert d’accompagnement aux repas du petit déjeuner et du dîner. Le processus de fabrication du Sencha repose sur un arrêt de l’oxydation par la vapeur. Il subit un bain de vapeur allant de 15 à 45 secondes qui stoppe l’oxydation du thé et lui permet de conserver une forte concentration en antioxydants. Les feuilles sont ensuite roulées et séchées.

 

  • Le thé Gyokuro

Le thé le plus cher et le plus rare des thés du Japon. Son lieu de production se trouve au sud de la ville de Kyoto. Pour produire le thé Guyokuro, les théiers sont privés de la lumière du soleil trois semaines avant la récolte, grâce à une tonnelle ce qui favorise la production de la caféine et de cholorphylle. Son processus de fabrication est le même que pour le thé vert Sencha. Il est réputé pour son goût fin, subtil et sucré et on le consomme généralement le matin car il est riche en caféine.

 

  • Le thé Bancha

Le thé Bancha est le plus consommé et produit au Japon après le Sencha, d’ailleurs Ban signifie « commun » en japonais et « cha » le thé. Il est issu de la dernière récolte de l’année en octobre, ce qui en fait un thé de qualité inférieur à celle du Sencha.

 

  • Le thé Matcha

Le Matcha est un thé vert sous forme de poudre qui provient du thé vert Tencha. Vers le mois d’avril, les théiers sont couverts pour les protéger des rayons du soleil. Grâce à ce mode culture, les feuilles de thé se concentrent en antioxydants. Après la récolte, feuilles, bourgeons et tiges sont séparées puis broyées, jusqu’à obtenir une poudre verte.  Pour en obtenir une boisson il faut mélanger la poudre dans le l’eau chaude à l’aide d’un fouet. Par ailleurs, s’utilise également de plus dans la confection de plats en tout genre.

 

  • Le Genmaicha

Ce thé est un mélange de thé vert et de grains de riz grillés qui parfois éclatent et donne un aspect pop-corn au blend. A l’origine bu par les Japonais pauvres qui utilisait le riz pour diminuer les quantités de thé dans le mélange, aujourd’hui tout le monde le consomme. Il conjugue le goût herbacé du thé vert avec la saveur de noisette propre au riz soufflé.