Guide du thé

Tout savoir sur le cholestérol 1/3 : Comprendre son bilan lipidique

Tout savoir sur le cholestérol 1/3 : Comprendre son bilan lipidique

Le cholestérol est une graisse essentielle au bon fonctionnement de l’organisme… mais également le meilleur ennemi de nos artères quand son taux sanguin est hors limites. Pour le vérifier, on effectue un bilan lipidique. Apprenez à décrypter votre bilan et découvrez des pistes pour modifier vos taux de cholestérol HDL et LDL.

Le bilan lipidique à la loupe

Qu’est-ce qu’un bilan lipidique ?

Pour connaître votre taux de cholestérol, votre médecin vous prescrira une prise de sang effectuée au laboratoire d’analyses médicales. Sur votre ordonnance, il inscrira : « exploration d’une anomalie lipidique » (EAL). Cet examen permet de mesurer le taux des lipides du sang pour évaluer le risque cardio-vasculaire. Il comprend la mesure de quatre valeurs :

  • Les triglycérides (TG) : ces lipides stockés dans les cellules adipeuses sont la réserve principale d’énergie de l’organisme. En revanche, un excès dans le sang (hypertriglycéridémie) est généralement le signe d’une alimentation trop riche en sucres et en alcool et représente un facteur de risque vasculaire.
  • Le HDL-cholestérol (le bon cholestérol)
  • Le LDL-cholestérol (le mauvais cholestérol)
  • Le cholestérol total

Quand doit-on faire un bilan lipidique ?

En général, ce contrôle a lieu tous les 5 ans dès l’âge de 18/20 ans si les résultats sont normaux. Cependant, il doit être annuel si vous cochez un ou plusieurs facteurs de risque ou si vous avez des antécédents cardio-vasculaires. Dans ce cas, il est utile pour décider d’un éventuel traitement et suivi préventif.

Pourquoi est-ce important de contrôler son taux de cholestérol ?

C’est un constituant essentiel des membranes cellulaires et il joue un rôle majeur dans la production d’hormones et de la vitamine D.

Il circule dans le sang sous deux formes distinctes en fonction du type de transporteur (« low density protein » ou LDL et « high density protein » ou HDL) qui le véhicule.

Un excès de lipides sanguins, et particulièrement de LDL, augmente le risque de développer de l’athérosclérose (dépôt de graisse sur la paroi des artères) et la survenue d’accidents cardiovasculaires.

Comment se déroule la prise de sang ?

Elle s’effectue après 12 h de jeûne, en prélevant une petite quantité de sang au niveau d’une veine du pli du coude.

Interpréter les résultats du bilan lipidique et optimiser ses taux

Les valeurs du bilan lipidique

Un bilan lipidique « normal » correspond aux intervalles de valeurs suivants (il prévaut pour les personnes n’ayant pas de facteurs cardiovasculaires aggravants) :

  • Le cholestérol total (somme des taux de HDL et LDL) idéal est inférieur à 2,0 g/l.
  • Le HDL-cholestérol est normalement compris entre 0,40 g/l et 0,60 g/l.
  • Le LDL-cholestérol est normalement compris entre 1g/l et 1,60 g/l.
  • Le taux de triglycérides est inférieur à 1,5 g/l.

A noter, ces valeurs varient en fonction de l’âge et du sexe du patient.

Le cholestérol HDL

Le HDL-cholestérol, lipoprotéines de haute densité, circule depuis les cellules vers le foie, puis est éliminé par la bile. C’est lui qui permet d’éliminer le cholestérol de l’organisme et d’éviter qu’il n’obstrue les artères.

Ainsi, un taux insuffisant de HDL-cholestérol est un facteur de risque cardiovasculaire surtout si le LDL-cholestérol est haut.

Selon des études récentes, en avoir trop n’est pas souhaitable non plus et augmenterait le risque cardiovasculaire.

Comment avoir un taux optimal de HDL ?

  • En bougeant : l’activité physique régulière permet d’augmenter le bon cholestérol et de faire baisser le mauvais.
  • En privilégiant des matières grasses de qualité :
    • Des acides gras oméga-3. On les trouve principalement dans les poissons gras comme les sardines, le maquereau, le hareng…
    • Des acides gras mono-insaturés : on les trouve dans l’huile de noisette, l’huile d’olive l’huile de colza mais aussi dans les fruits à coque (noix de macadamia, amandes, noix de pécan, noisettes) et l’avocat.
  •  En réduisant sa consommation d’alcool et de tabac.

Le cholestérol LDL

C’est la partie du cholestérol transporté du foie vers les cellules par les lipoprotéines LDL. Il permet au cholestérol libre (apporté par l’alimentation) et synthétisé, d’être transporté du foie vers les cellules, pour être utilisé. On le nomme mauvais cholestérol ou LDL-cholestérol.

Présent en trop grande quantité, le LDL-cholestérol peut former des dépôts sur les parois des artères et influer sur la bonne circulation du sang au niveau du cœur et du cerveau.

Si rien n’est fait pour faire diminuer son taux, des complications peuvent survenir : sténose d’artères au niveau du cœur ou du cerveau, formation de caillots pouvant provoquer un infarctus ou un AVC, rupture brutale d’une plaque d’athérome et passage dans la circulation sanguine.

A savoir : Plus le niveau de risque calculé est élevé (à partir des données sur l’âge, le sexe, les antécédents de maladies cardio-vasculaires, le tabagisme et des autres facteurs de risque comme le diabète et l’hypertension), plus la valeur maximale du taux de LDL est basse.

Comment diminuer le mauvais cholestérol ?

  • Limiter les graisses saturées : fritures, plats industriels, viande grasse charcuterie, fromages…
  • Boire du thé : le thé pu-erh riche en polyphénols et théaflavines a un effet positif sur l’accumulation de lipides car il diminue leur absorption intestinale.
  • Faire le plein de légumes colorés. Ils sont riches en fibres et en antioxydants (caroténoïdes, vitamine C et vitamine E), des anti-cholestérols reconnus.
  • Croquer des amandes. Les fruits à coque réduisent le taux de mauvais cholestérol et augmentent le bon.

En conclusion

Vous l’aurez compris, ce qui prime dans un bilan lipidique, c’est l’équilibre LDL/HDL. Quand ce rapport s’élève (≥ 3.5) les risques vasculaires augmentent.

Pour améliorer un taux excessif, il est donc essentiel d’augmenter le taux de bon cholestérol et à l’inverse de faire chuter le mauvais.

Enfin rassurez-vous, si malgré vos efforts et un changement d’hygiène de vie ce rapport reste trop haut, il existe des solutions et des traitements spécifiques.

Le thé Hao Ling® sera votre allié dans le cadre de l’amélioration du rapport LDL/HDL. Une étude clinique a révélé qu’après 3 mois de cure, Hao Ling® contribuait à améliorer les facteurs cardiovasculaires protecteurs et à diminuer les triglycérides.